Home Esprit L’effet dévastateur du edging : une mauvaise technique pour achever le challenge...

L’effet dévastateur du edging : une mauvaise technique pour achever le challenge no fap

127

Le mouvement no fap, terme dérivé de l’anglais, vise le fait d’éviter de regarder des films pornographiques, et plus généralement de renoncer à la masturbation, notamment dans un objectif de développement personnel. Le fait de consommer des films pornographiques nous rendrait dépendants et nous éloignerait des vrais plaisirs de la vie, y compris des plaisirs charnels avec un partenaire.

edging nofap

On a parlé avant des bienfaits du nofap, par exemple une meilleure performance au lit. Mais il y a plusieurs manières d’envisager le no fap et le edging est l’une d’elles. Nous vous expliquons ici ce que vous devez savoir sur cette pratique.

 

Qu’est-ce que le edging ?

Lorsqu’on se détache d’une addiction, on parle d’un véritable redémarrage de son système. Les alcooliques retrouvent le plaisir de boire un verre sans alcool avec leurs amis, les accros aux jeux vidéos renouent avec le bonheur simple d’une promenade en plein air et les addicts au porno retrouvent souvent des sensations physiques charnelles intenses lors de leurs rapports.

Au-delà de ces aspects bien spécifiques, c’est tout un mode de vie qui devient plus sain, les pensées deviennent plus claires, on retrouve des objectifs et le bien-être est considérablement amélioré. Certaines personnes qui ont envie de se libérer de la pornographie pensent qu’elles atteindront ce redémarrage en évitant l’éjaculation pour les hommes et l’orgasme pour les femmes.

Cette logique conduit à une pratique courante chez les utilisateurs de pornographie sur internet, appelée edging. Comme son nom l’indique, il s’agit de se masturber jusqu’au bord de l’orgasme, puis de s’arrêter pour se calmer et de recommencer. Il existe trois versions courantes de l’edging, regarder du porno sans se masturber, se masturber en regardant du porno, mais sans atteindre l’orgasme, ou se masturber sans porno et sans orgasme.

 

Pourquoi le edging est-il contre-productif ?

Un redémarrage complet ne peut pas être atteint en continuant de visionner du contenu pornographique. En effet, cela n’a pas de sens d’espérer se libérer de son addiction en continuant d’en consommer. Se masturber en regardant du porno, ou en fantasmant à ce sujet, est bien pire que de simplement avoir un orgasme et d’en finir. Comment cela se fait-il ? C’est une question de dopamine.

Selon la définition donnée en 1981 par l’Organisation mondiale de la santé, la dépendance est un « syndrome pour lequel la consommation d’un produit devient une exigence supérieure à celle d’autres comportements qui avaient auparavant une plus grande importance ». Les changements cérébraux liés à la dépendance sont initiés par les niveaux de dopamine.

Si vous vous adonnez au porno, vous combinez les niveaux de dopamine naturellement élevés de la masturbation avec les capacités dopaminergiques des images excitantes et nouvelles et de la découverte de la surenchère de contenus scabreux. La masturbation peut maintenir les niveaux de dopamine élevés pendant des heures et entraîner le cerveau à avoir besoin d’une stimulation visuelle constante, en cliquant d’une scène à l’autre frénétiquement. Or, rien de tout cela ne correspond au vrai sexe.

 

Pourquoi le edging peut-il nuire à votre sexualité ?

Un taux élevé de dopamine indique au circuit de récompense que l’activité à laquelle vous êtes en train de vous adonner est vraiment importante et que vous devez la pratiquer encore et encore. Outre les problèmes de dépendance, une dopamine chroniquement élevée conditionne votre excitation sexuelle à tout ce qui est associé à l’utilisation du porno sur Internet.

La dopamine est étrange. Elle monte en flèche lorsque quelque chose est meilleur que prévu, mais chute lorsque les attentes ne sont pas satisfaites. En liant votre sexualité au porno sur internet, vous vous préparez inconsciemment à rester un voyeur, contrôlant votre dopamine depuis votre ordinateur ou votre smartphone. Lorsque le sexe réel ne correspond pas au porno, la dopamine s’effondre, tout comme votre excitation et vos érections. Vous risquez donc de vous détacher des rapports charnels, avec tout ce que cela implique de négatif sur votre vie personnelle, votre vie sociale et votre vie de couple.

 

Comment se défaire de la pratique du edging ?

Si vous avez pris l’habitude du edging, vous avez certainement constaté que vous ne parvenez pas à vous en défaire et que vous sombrez un peu plus dans la dépendance au porno. La raison en est simple, au lieu d’atteindre l’orgasme et de mettre fin à la masturbation, vous entraînez votre cerveau à consommer des images et des contenus pendant des heures, sans même atteindre la récompense finale.

Le edging est donc la pire chose que vous pouvez faire subir à votre cerveau. Si vous avez commencé et que vous vous rendez compte que vous n’arrivez pas à vous en sortir, ne coupez pas votre addiction au porno de manière brusque. Continuez à vous masturber, mais atteignez l’orgasme dès que possible. Faites en sorte que la séance de masturbation dure le moins longtemps possible. Ensuite, vous parviendrez plus facilement à vous détacher de votre addiction, petit à petit.

Aussi, si vous êtes accro à la masturbation, essayez de la pratiquer avec un partenaire, et non avec du porno, pour faire la transition et retrouver un plaisir charnel optimal. Essayez d’initier votre ou vos partenaires, s’ils n’en sont pas adeptes. Masturbez-vous ensemble, chacun s’occupant de son propre plaisir, en regardant l’autre.

Vous pouvez inventer des jeux de rôle et des scénarios pour vous stimuler et ne vous retenez pas d’atteindre l’orgasme. Vous pouvez alterner cette pratique avec des préliminaires, l’objectif étant que vous reconnectiez petit à petit votre stimulation sexuelle avec autrui et non plus avec des sites internet impersonnels et des contenus virtuels. Une fois que vous serez libéré de votre addiction, vous retrouverez le plaisir sexuel partagé et votre vie sexuelle deviendra de plus en plus satisfaisante.